Vanzet, photographié par Eva Lesalon
INTERVIEW


► Martin Edenik: Bonjour, Vanzet! Comment êtes-vous venu à la Photo? Et que représente-elle pour vous?

► Vanzet: Bonjour, Martin! A la base, je suis monteur-cadreur de formation; je voulais figer les instants, chose qu’on ne peut pas faire en vidéo. J’ai donc acheté un argentique il y a environ quinze ans pour démarrer. J’ai commencé par de l’architecture, puis je suis passé rapidement aux scènes de vie. Il y a six ans, je suis passé au numérique. En un mot, la photo est devenue au fil du temps une passion. Et c’est aussi grâce à ma femme, qui m’a conseillé de travailler avec des modèles.

► Martin Edenik: Quels matériels utilisez-vous, et vous arrive-t-il d’avoir recours à l’informatique pour retravailler une photo?

► Vanzet: Pour moi, le matos ne fait pas le photo- graphe, mais je tafe sur du Canon et tout ce qui va avec. J’utilise toujours l’informatique, ce qui laisse une totale liberté de retouche, chose que je n’avais pas en argentique, étant donné que je ne développais pas moi-même mes photos.

► Martin Edenik: Vos thématiques sont très variées. Y en a-t-il que vous préférez? Dans lesquelles vous vous sentez «spécialisé»?

► Vanzet : Non aucune. J’aime pouvoir toucher à tout, même si je n’y arrive pas tout le temps (rires).

► Martin Edenik: Quels photographes admirez-vous ?

► Vanzet: J’aime beaucoup le travail de Dave Hill, surtout en retouches. Après je ne suis pas figé sur les photographes connus ou réputés; j’apprécie aussi beaucoup de photographes «inconnus».

► Martin Edenik: Avez-vous déjà exposé votre travail? Avez-vous des projets d’expos pour les deux prochaines années ?

► Vanzet: Non. J’ai eu des propositions, mais je n’ai jamais exposé. Pas de projet en particulier pour le moment, même si exposer pourrait être intéressant... Je ne veux pas exposer juste pour dire d’exposer. Pour moi, une expo doit représenter une histoire, une «revendication». Exposer du nu ou de la mode, ça ne m’intéresse pas.

coin_gauch_sup.png
coin_droit_sup.png
► Martin Edenik: Pensez-vous réunir, un de ces jours, vos plus belles photos dans un portfolio?

► Vanzet: C’est déjà fait!

► Martin Edenik: Qui sont, en général, vos modèles? Comment les trouvez-vous?

► Vanzet: Je n’ai pas de critères physiques particuliers. Ce que j’aime chez un modèle, c’est qu’il ait de l’expression et de la folie. Et je les trouve comme tout le monde, sur la Toile! Ou ce sont les modèles qui me trouvent...

► Martin Edenik: Photos en niveaux de gris, photos en couleurs... Que préférez-vous? Avoir recours à l’un ou l’autre de ces modes est-il seulement esthétique? Ou bien avez-vous le sentiment qu’on n’exprime pas la même chose en noir et blanc?

► Vanzet: Aucune préférence là-dessus. Parfois, cela peut être uniquement esthétique, d’autres fois, le noir et blanc donne une ambiance qui exprime autre chose et donne un ressenti différent à la personne qui regarde la photo.

► Martin Edenik: Une chose que vous appréciez (en photographie) et une chose que vous détestez?

► Vanzet: J’aime l’audace, les photos qui dérangent et les prises de risque. J’entends par là de ne pas avoir peur de faire ce qu’on souhaite réellement sans se soucier des qu’en-dira-t-on. Sur la Toile, tous les ans, on nous claque des photos de Mère Noël et des trucs à la con dans le même genre (même si c’est techniquement bien fait), et ça, ça me sort par les trous de nez! C’est d’un ringard ! (rires)...

► Martin Edenik: Quel sera votre mot de la fin?

► Vanzet: Fin! Soyez vous-même. Faites ce que vous aimez, sans prétention et avec passion. Peace.



– The End –

Retrouver Vanzet dans sa page Facebook.
VANZET
le talent sans la frime


Vanzet n’aime guère les longs  discours. Ne comptez pas sur lui pour vous dire ce qu’il convient de penser de son travail. Il nous préfère libres de juger à notre guise. Voici un bref aperçu de sa vision des êtres et des lieux. Scènes de rue au hasard des rencontres ou organisées à la manière d’un cinéaste, photos posées, retravaillées le plus souvent. Vanzet exprime, à travers diverses thématiques, une vraie singularité et, disons-le, du talent.

Interview: Martin Edenik
coin_gauch_sup.png
coin_droit_sup.png
vanzet_1.png
vanzet_2.png
vanzet_11.png
vanzet_12.png
vanzet_portrait.png
bouton_index.png
bouton_somm_articles.png
bouton_blog_mo.png
bouton_edenik.png
bouton_interzones.png
bouton_liens.png
bou_somm_artistes.png
bouton_publiez.png
interzones_2.png
coin_gauch_inf.png
coin_droit_inf.png
coin_gauch_inf.png
coin_droit_inf.png
vanzet_3.png